Histoire

QUEL SERAIT L’ETAT DE CE MONDE SANS LES BLACKS, SANS LES AFRICAINS ?

L’AFRIQUE ET LE DEVELOPPEMENT TECHNOLOGIQUE | PEUT-ON UN JOUR IMAGINER UN MONDE SANS LES “BLACKS” ?

For English Version, please do click here

PREAMBULE : L’AFRIQUE, SEL DE LA TERRE

L’Afrique est, en un sens, une lumière indispensable au monde. Pourtant, de l’Orient à l’Occident, Nord au Sud, que n’avions-nous pas entendu au sujet de l’homme africain ?

Si pour les uns, l’homme africain est lié à l’immigration, à la dépendance, à un moins que rien, pour les autres, cependant, il  reste une  simple “voix”… une voix qu’on s’en sert non pas pour parler mais une voix electorale, capable d’ajouter des galons aux candidats présidentiables ou à ceux-là qui aspirent aux fonctions des Maires ou des députés.

malcom, obama et king, le blanchiment des populations
Malcom, Obama et King, la grande question sournoise

Qu’à cela ne tienne !

En effet, dans tous les coins et les recoins du monde, il suffirait, pour gagner la confiance du peuple, évoquer l’immigration africaine.

D’aucuns le font par xénophobie, d’autres par patriotisme béat et d’autres encore par la quête des voix en guise de fonctions politiques, comme nous avions tenté de l’expliquer plus haut.

Il suffit de voir les déclarations publiques des uns et des autres pour se rendre compte que de la haine viscérale à l’égard des africains, quoique certains, timidement, en parlent, non pas pour la couleur ébène de leur peau mais au vu de ce que cela peut lui rapporter dans les urnes.

Nous savons fort bien et d’ailleurs, nous en avons conscience, que l’on pourrait également parler du mal des autres races – fut-il caucasienne ou asiatique.

Certes, le mal existe en chaque être humain. Certes, il existe aussi dans la nature, comme on peut le voir avec des ouragans et maladies de toutes sortes qui ravagent, déciment et font tant de dégâts à l’humanité…

EN L’ON VEUT QU’ON EN PARLE PAS, QUE L’ON SE TAISE A JAMAIS…?

Voulez-vous que l'on se taise ?
…et voudriez-vous que l’on se taise ?

Le mal existe, nous n’en discovenons pas !

Mais, le mal infligé aux peuples d’Afrique et à ses descendants dépassent tout entendement :

  • Plus de quatre cents ans d’esclavagismes,
  • Des guerres importées;
  • Des chefs d’Etats imposés;
  • Des pillages leurs minerais au profit de l’occident,
  • Altération et la falsification de l’Histoire de ce peuple grand, majestueux, bâtisseurs et guérriers;
  • Les transferts frauduleux de leurs capitaux vers les banques occidentales,
  • Les extractions sans merci de leurs mines,
  • La fuite de leurs matières grises…et l’on voudra que l’on se taise !?

« VOUS ETES LE SEL DE LA TERRE », A DIT JESUS.

En effet, le sel est connu pour donner de la saveur mais aussi pour conserver les aliments, c’est-à-dire que le sel révèle et conserve le meilleur des aliments et leur évite la fermentation et/ou la putréfaction.

C’est utile “d’avoir du sel en soi-même ” comme nous le conseille Jésus (Marc 9:50).

C’est une capacité à voir la part lumineuse de l’homme sans se laisser contaminer par ce qu’il peut y avoir de négatif en lui. Jésus nous dit que l’homme a cette capacité d’être du sel.

Mais c’est un formidable gâchis quand le sel que nous sommes perde sa saveur ou quand notre lumière ne brille pour personne, laissant le monde souffrir d’une obscurité et d’un manque de saveur que personne ne pourra combler si ce n’est nous-mêmes.

QU’ADVIENDRAIT-IL AU MONDE EN L’ABSENCE DES NOIRS ?

C’est l’histoire d’un petit garçon nommé Theo, de race caucasienne et qui s’est réveillé un matin avec une question en tête. Il alla voir son grand-père. Ce dernier, vétéran de l’armée, avait servi dans plusieurs pays du monde et, par la force des choses, avait acquis une certaine expérience  et, de ce fait, avait une autre vision du monde.

“OH, P’TIT BONHOMME, D’OU TE VIENT CETTE QUESTION A CARACTERE RACIALE ?”

"Oh, P'tit-fils ! D'où te vient cette question à connotation raciale ?"
“Oh, P’tit-fils ! D’où te vient cette question à connotation raciale ?”

Théo lui pose donc sa question pertinente : “dis-moi, grand-père, sans les noirs, le monde ferait-il bon vivre ?”. Il renchérit,  «Et s’il n’y avait plus de noirs dans le monde qu’adviendrait-il?

– Extrait de reunionblackfamily.com

Eh bien, lui répondit son grand-père, après avoir avoir ruminé sa réflexion, : «Théo, mon grand ! Aujourd’hui, nous allons faire un tour en ville. Apprêtes-toi…Je t’amenerai faire le tour de la ville.

Tout content, Théo s’en alla dans sa chambre, pour se changer. Il voulait mettre ses plus beaux habits mais… Mais, hélas !

Ces habits étaient tout froissés et il ne put se souvenir de la place où il avait classé ses chaussures dernier cri. Par chance, il réussit quand-même à trouver le fer à repasser, mais il n’a pas trouvé la planche à repasser.

Ecoute, lui dit le vieil homme, Sarah Boone, une femme noire, a inventé la planche à repasser et Jan E. Matzelinger, un homme noir a inventé la machine à fabriquer chaussures.

Theo, tout surpris, voulut confondre son grand-père car il n’en revenait pas…un homme noir…et une femme noire… ils ont fait quoi ? Non, grand-père, laissez-moi vérifier vos propos sur internet…

Il alla surfer sur internet pour faire ses propres recherches et ce, dans l’idée d’en discuter avec un ami, mais, à sa grande surprise l’nternet ne fonctionnait pas …Le vieil homme lui dit,

“Tu sais, Théo…Le Dr Mark Dean, un afro-américain, a inventé la plupart de langages des programmations informatiques à même de faire fonctionner cette technologie dont nous bénéficions les multiples services aujourd’hui”.

LE TOHU-BOHU – LE MELANGE PAR LA CONFUSION – DE L’HISTOIRE FALSIFIEE

Théo, émmerveillé par ce qu’il vient d’entendre de son grand-père, voulu passer un coup de fil à son ami… malheureusement le téléphone n’était pas là…

Car l’inventeur du téléphone portable fut un homme de couleur – comme on n’aime péjorativement le dire. Il s’appelait Henry Sampson.

Le Conditionnement mental
Le Conditionnement mental de Théo le rend confus

Noyé das sa confusion, Théo resta hébété…

Lui qui croyait que tout ce qu’il voit a été par ses ancêtres blancs – d’ailleurs, ce n’est nullement de sa faute !

Il l’a été ainsi instruit…

Après l’avoir minutieusement regardé, le vieil remarqua que les cheveux de son petit-fils était en broussailles et mal peignés…

“Ah, tiens, Théo ! “, S’exclama le grand-père,

“Va peigner tes cheveux avant qu’on y aille !”

Théo alla dans sa chambre pour peigner ses cheveux, mais le peigne n’était pas là.

 

Tu vois, lui dit le vieil homme, Walter Sammons, un homme noir, a inventé le peigne.

Théo  décida de passer au peigne fin ses cheveux, mais la brosse avait disparu.

Tu vois, mon cher Théo ! Une dame noire, répondant au nom de Lydia O. Newman, fut la première personne à avoir inventé la brosse.

Eh bien, Théo, tout devient confus dans la tête de Théo…Toutes ses connaissances apprises depuis sa tendre enfance, n’étaient, à ces instants précis, que “Ce grand colosse aux pieds d’argiles“. Il ne dit mot et resta buche bée devant son grand-père… pas de chaussures, des vêtements froissés, des cheveux sales et crépus…

Car  Mme C. J. Walker, une noire,  fut la première à inventer des produits pour les soins capillaires…

Le grand-père dit à Theo: “Faisons quelques travaux domestiques puis nous irons faire des courses à l’épicerie du coin. »

Le travail de  Théo consistait à balayer le sol. Il a balayé, balayé et balayé. Quand il eut fini, il voulait jeter les balayures à la poubelle. Et hop ! La poubelle n’était plus là.

Tu vois, Théo, c’était Monsieur Lloyd P. Ray, un homme noir, qui, le premier, a inventé la poubelle.

Alors, voulant aller au bout de sa tâche, Théo a balayé son tas de terre dans le coin et l’a laissé là. Il a ensuite décidé de vadrouiller le sol, mais la vadrouille n’était pas là.

Comme tu l’aurais pu t’en apercevoir, mon grand, lui dit son grand-père, Monsieur Thomas W. Stewart, un homme noir, c’était lui qui avait inventé la raclette.

Theo se dit en lui-même : «Je n’ai pas de chance !» «Eh bien, petit-fils, dit le grand-père : “Nous devrions laver les vêtements et préparer une liste pour l’épicerie.”

Quand il eut fini, Theo alla placer les vêtements dans le sèche-linge, mais la machine n’était pas là.

Tu vois, il faut que tu le saches, mon p’tit bonhomme ! George T. Samon, un homme noir, a inventé le sèche-linge.

Theo prit un crayon et un papier pour préparer la liste pour le marché, et, comme le malheur ne vient jamais tout seul, il a vite  remarqué que le plomb du crayon était cassé.

En plus, il n’avait pas de chance parce que John Love, un homme noir, a inventé le taille-crayon.

Changea d’avis, Il chercha un stylo, mais le stylo non plus n’était à sa place, tout simplement parce que William Purvis, un homme noir, a inventé le stylo à plume.

En fait, Lee Burridge a inventé la machine à écrire, et W. A. ​​Lavette, la presse à imprimer.

Ils ont donc décidé de se diriger vers le marché. Mais, avant de franchir le seuil de leur portail, Théo remarqua que l’herbe était aussi haute que sa taille.

“Tu vois ça”, lui dit le vieil homme :”la tondeuse aussi a été inventée par John Burr, un homme noir.

Ils se sont dirigé ensuite vers la voiture et ont constaté que la voiture n’était plus là.

Tu vois, Robert Spikes, un homme noir, a inventé le changement de vitesse de voitures automatiques et Joseph Gammel a inventé le système de suralimentation pour les moteurs à combustion interne.

Ils ont remarqué que les quelques voitures qui circulaient se rencontraient et avaient des marques d’accidents de part et d’autres tout simplement parce que il n’y avait pas les feux de régulation.

Garrett A. Morgan, un noir a inventé le feu de trafique tandis que Elijah J. MCCOY, un afro-américain, a été détenteur du “Brevet 57 US” – le Brevet pour les mécanismes des machines des lubrifications à vapeur.

Eh bien, comme il commençait à faire tard, ils se sont dirigés vers le marché, ils ont fait leurs courses et sont rentrés chez eux…Juste au moment où ils allaient mettre le lait, les œufs et le beurre, ils ont remarqué que le réfrigérateur était parti.

Vois-tu, p’tit Théo, John Standard, un homme noir, a inventé le réfrigérateur. Ils ont donc mis la nourriture sur le comptoir.

À ce moment-là, ils ont remarqué qu’il faisait très froid. Théo décida d’allumer le chauffage et deviner quoi…

Alive Parker, une femelle noire, a inventé le four de chauffage. Même en été, ils n’auraient pas eu de chance parce que Frederick Jones, un homme noir, a inventé le climatiseur.

Il était presque temps pour que le père de Theo rentre à la maison. Il avait l’habitude le bus, mais il n’y avait pas aucun bus ce jour-là…car

 

…son précurseur était le chariot électrique, et ce dernier fut inventé par un autre noir, Elbert T. Robinson.

De son bureau, le père de Théo ne prend que l’ascenseur pour descendre. il ne pouvait en être autrement car son bureau se trouvait au 20ème  étage d’un gratte-ciel…

Malheureusement ce jour-là, il n’y avait pas d’ascenseur parce qu’Alexander Miles, un homme noir, l’avait inventé.

Comme il revenait de son boulot, il voulait, ce jour-là, déposé quelques courriers officiels dans une boîte aux lettres à proximité…

Malchance ! La boîte aux lettres  n’était plus là parce que Phillip Downing, un homme noir, l’avait inventé et William Barry, son contemporain, toujours noir de peau, avait inventé la machine à tampon (cachet) de la Poste ainsi que celle d’annulation.

Théo s’assit à la table de la cuisine, tête baissée, supportée par ses mains, dans une obscurité la plus totale. Quand son père fut arrivé, il lui demanda ce qu’il n’allait pas avec lui…

Rien n’y allait parce que Lewis Howard Latimer, un homme noir, avait inventé le filament des ampoules électriques (ou lampes à incandescence).

L’afro-Américain George Carruthers a développé des moyens d’utiliser l’imagerie ultraviolette afin de visualiser les images dans un espace profond qui étaient auparavant impossibles à voir.

En 1972, Carruthers a inventé le “Far Ultraviolet Camera / Spectographe”, le premier observatoire basé sur la lune qui a été utilisé dans la mission Apollo 16.

Ensuite, en 1986, une de ses inventions a capturé une image de la comète de Hailey: c’était la première fois qu’une comète avait déjà été représentée dans l’espace.

Benjamin Montgomery – né en esclavage en 1819 dans le Comté de Loudon, en Virginie a inventé une hélice spéciale qui a permis aux bateaux à vapeur de naviguer dans des eaux peu profondes.

Un autre esclave nommé Bradley a aidé à mettre en place des expériences scientifiques. Dans les années 1840, il a développé un moteur à vapeur pour un navire de guerre.

THEO A RAPIDEMENT APPRIS CE QUE SERAIT LE MONDE LE JOUR OU IL N’Y AURAIT PLUS DES BLACKS…

Et vous, comme le p’tit Théo, avez-vous appris la leçon ?

Et ceci, sans compter le jour où il tomberait malade et en quête de sang (transfusion)…

Charles Drew, un scientifique noir, a trouvé un moyen de préserver et de stocker le sang qui a conduit à la première banque de sang que le monde n’ait jamais connue.

Et si un membre de sa famille devrait subir une intervention chirurgicale ?

Cela ne serait jamais possible sans le concours du docteur Daniel Hale Williams, un autre noir.

POURQUOI NOUS A-T-ON CACHE TOUTES CES CHOSES ET POURQUOI NOS MANUELS SCOLAIRES N’EN PARLENT PRESQUE PAS, POURQOUI ?

 

Desalienation
Desalienation

Dans “Colonisation et décolonisation dans les manuels scolaires de collège en France”, p. 73-81Raphaël Granvaud épingle cette question qui fait peur.

“Avant même que la loi du 23 février 2005 soit votée par les députés, les questions de colonisation et de décolonisation souffraient dans certains manuels scolaires d’un traitement déjà bien tronqué ou aseptisé”.

Raphaël Granvaud, à partir d’une douzaine d’ouvrages des classes de quatrième et de troisième, fait le point sur les oublis et les mensonges de cette « histoire officielle ».

LA DESALIENATION COMMENCE PAR UNE BONNE REMISE EN QUESTION | EST-CE UNE REALITE NIEE OU UNE SIMPLE OMISSION ?

“La désaliénation passe par se poser des bonnes questions…”

Le racisme qui structure la vision coloniale est le plus souvent estompé et euphémisé. Un seul manuel consacre un paragraphe spécifique à cette question et tente de montrer qu’il résulte d’une construction sociale nourrie de mises en scène et de nombreux discours institutionnels.

Le terme d’atrocité ne figure que dans deux manuels. Une caricature d’époque évoque la question des amputations, mais sans précision sur l’ampleur du phénomène. Arrestations arbitraires, crimes, prises d’otages et pratiques quotidiennes de la torture et de l’esclavage sexuel, y compris des enfants, ne sont jamais mentionnés.

Aucune photographie n’illustre vraiment la réalité de la violence coloniale et aucun des manuels ne se risque à avancer des chiffres susceptibles de nourrir une vision d’ensemble. Les formulations de synthèse pour un bilan de la violence coloniale sont peu nombreuses et très fortement euphémisées.

Par exemple : « l’impérialisme est parfois critiqué et mécontente les populations » ou encore les conquêtes sont « souvent violentes ». La formulation la plus dure définit la colonisation comme un « système d’exploitation que les populations dominées ont durement subie dans leur vie quotidienne »

Un seul manuel utilise le terme de « répression » et en propose une illustration photographique. Si tous les manuels présentent un ou plusieurs documents dénonçant la colonisation, c’est également le seul à donner la parole à des auteurs africains.

Au nombre des oublis, on pourrait également rapidement mentionner les stratégies coloniales de division, de réinvention des traditions, de création de l’ethnisme et d’introduction des oppositions raciales au sein des populations, les formes spécifiques d’oppression des femmes ainsi que la question importante des résistances à la colonisation, minimisées et laissées dans le flou. Les procédés colonialistes ayant été qualifiés, en 2001, par la Conférence de Durban, de « crimes contre l’humanité », on pourra s’étonner enfin que ce terme ne figure pas au moins dans les manuels parus après cette date, pas plus que les termes de « massacre », de « système totalitaire », ou de « génocides », certains, comme celui des Héréros, ayant pourtant été reconnus au plan international…

Donc, si vous aussi, comme Théo, vous vous demandez, ce que sera le monde sans les Blacks,  eh bien, il est très facile de le voir, nous pourrions très bien rester dans l’obscurité, nos habits resteront froissés, nos cheveux en broussailles et nos malades mourir…et croyez-moi, la liste n’est pas exhaustive.

Textes majeures extraits de www.reunionblackfamily.com et traduits de l’anglais par Ben-Vindicien EBENGO

Autres références :

  • Raphaël Granvaud, Professeur de français, également l’un des rédacteurs de “Billets d’Afrique”, [le bulletin mensuel de l’association Survie consacré aux avatars de la politique africaine de la France] et Auteur de “Que fait l’armée française en Afrique ? ” et de beaucoup d’autres ouvrages
  • Hachette 1998 et 2003 en légende explicative et Magnard 2002 dans un texte de G. Bonnevalot.
  • Extrait de résolution de la IIe Internationale pour Belin 2002, Hachette 1998, Lanessan pour le Bordas, aucun texte de dénonciation pour le Bordas 1998 et le Hatier 1998, Clemenceau, Aimé Césaire et Kourouma pour le Hachette 2003.

RESTITUEZ LA VRAIE VERITE A  QUI DE DROIT !!!”

Ben-Vidicien EBENGO

 

 

RECEVEZ NOTRE BULLETIN | JOIN OUR NEWSLETTER
I agree to have my personal information transfered to MailChimp ( more information )
Rejoignez plus de 3 000 visiteurs qui reçoivent notre newsletter et découvrez comment optimiser votre blog pour les moteurs de recherche, trouver du trafic gratuit et monétiser votre site.| Join over 3.000 visitors who are receiving our newsletter and learn how to optimize your blog for search engines, find free traffic, and monetize your website.
Nous détestons le spam. Votre adresse courrielle ne sera pas utilisée à d'autres fins. | We hate spam. Your email address will not be sold or shared with anyone else.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *