EconomiePolitique

LA CRÉATION D’UNE MONNAIE AFRICAINE, “LE DINAR-OR”, AU COEUR DU SACRIFICE DE DSK ET KADHAFI : FMI | BANQUE MONDIALE

Complot contre Kadhafi et l'Afrique

On ne peut comprendre la chute de Dominique Strauss-Kahn sans la replacer dans le contexte du projet qu’il incarnait de création d’une nouvelle monnaie de réserve internationale prévue pour le 26 mai 2011. Un projet paradoxalement attendu par les États émergents tout autant que par la finance apatride, mais refusé par le complexe militaro industriel israélo-états-unien. Thierry Meyssan a levé le voile sur le coup-fourré de l’administration Obama pour ne pas tenir ses engagements.

L’ARRESTATION DE DSK A NEW YORK

Arrestation de DSK
Arrestation de DSK

Selon le personnel naviguant, les policiers de l’Unité spéciale pour les victimes (celle du feuilleton Law and Order SVU n’ont pas demandé à leurs homologues de l’aéroport de procéder à l’interpellation, mais ont tenu à la réaliser eux-mêmes malgré le risque d’arriver trop tard.

Pour éviter que DSK ne soit prévenu, ils ont par contre demandé que l’on brouille les téléphones portables dans cette zone de l’aéroport le temps nécessaire à leur venue.

Or, un tel brouillage n’est pas de la compétence d’une brigade mondaine.

Ceci est bien une affaire de sécurité nationale.

 

Au total, durant 10 jours, le directeur général du FMI a été séquestré.

Pendant 10 jours, le fonctionnement de l’institution internationale a été bloqué faute de signature.

Pendant 10 jours, les problèmes de l’euro et du dollar, la faillite de la Grèce, et bien d’autres enjeux ont été suspendus au bon vouloir de policiers, de juges et de matons.

ZHOU XIAOCHUAN N’A PAS ENCORE DIT SON DERNIER MOT

Zhou Xiaochuan, né en 1948 est le gouverneur de la banque centrale chinoise depuis 2002. Il fut successivement directeur général de la Bank of China de 1991 à 1995, puis chef de l’administration des changes de 1995 à 1998, président de la banque de la reconstruction de 1998 à 2000, et enfin président de la Commission de régulation boursière de 2000 à 2002.

Malgré l’encadrement de la banque centrale par le gouvernement chinois, Zhou Xiaochuan a été désigné par le magazine Forbes comme la onzième personnalité la plus puissante de la planète.

Son père Zhou Jiannan a été victime de purge pendant la Révolution Culturelle, réhabilité, puis nommé ministre de l’Équipement industriel dans les années 1980. 

POURQUOI DONC DEPLOYER DES MOYENS HOLLYWOODIENS ET BLOQUER LE FMI DURANT 10 JOURS ?

Deux réponses sont possibles, et elles sont peut-être liées. En premier lieu, le 29 mars 2009, le gouverneur de la Banque centrale chinoise Zhou Xiaochuan a remis en cause la prédominance du dollar comme monnaie de réserve.

Déplorant que le projet de l’économiste John Maynard Keynes de créer une monnaie internationale (le Bancor) n’ait pas été concrétisé à l’issue de la Seconde Guerre Mondiale, il proposa d’utiliser les Droits de tirage spéciaux du FMI (DTS) pour jouer ce rôle.

Les droits de tirage spéciaux (DTS, en anglais, Special Drawing Rights : SDR), également au singulier, sont un instrument monétaire international, créé par le FMI en 1969 pour compléter les réserves officielles existantes des pays membres. 

Il est constitué d’un panier de devises réévalué tous les cinq ans, constitué depuis le 1er septembre 2016 des devises suivantes : le dollar américain, l’euro, la livre sterling, le yen, le yuan ou renminbi (RMB). 

Les DTS ont été principalement créés pour remplacer l’or monétaire dans les grandes transactions internationales. 

Étant donné que la quantité mondiale d’or est relativement fixe (car la quantité d’or produite compense pratiquement la quantité consommée par la bijouterie et les ouvrages artistiques), et qu’au niveau mondial les économies de tous les membres du FMI prospèrent, il est apparu nécessaire d’accroître la quantité de l’unité de base ou du standard proportionnellement, ce qui était techniquement impossible selon une norme or (internationale) stricte. 

Les DTS, ou « papier d’or », sont des crédits que les nations disposant d’excédents dans leur balance des échanges peuvent « tirer » des nations ayant des déficits commerciaux. 

SON UTILISATION COMME REFERENCE PAR UNE CAISSE D’EMISSION

Certains pays lient (ou ont lié) leur monnaie au DTS (par exemple actuellement le dinar libyen, et anciennement le franc burundais ou le nouveau lev bulgare lié ensuite au Deutsche Mark puis à l’euro).

Ce type de liaison, par une caisse d’émission, permet au pays de rassurer les préteurs et de contrôler son inflation. 

Il résulte souvent d’un arrangement de redressement financier négocié avec le FMI.

 

 

Cédant à la pression, les États-Unis acceptent un triplement des ressources du FMI et l’émission par le FMI de Droits de tirages spéciaux (DTS) d’une valeur de 250 milliards de dollars, lors du sommet du G20 à Londres, le 2 avril 2009.

Ils acceptent également le principe d’un Conseil de stabilité financière auxquels seront associés les grands États émergents.

Cette idée est discutée au sommet du G8 à L’Aquila (Italie), le 8 juillet 2009. Poussant le pion plus loin encore, la Russie proposa de ne pas se contenter d’une monnaie virtuelle, mais de l’éditer.

Dmitry Medevedev, qui avait fait frapper symboliquement des prototypes de cette monnaie, posa quelques pièces sur la table. D’un côté y figuraient les visages des huit chefs d’État et de l’autre la devise en anglais « Unity in Diversity ». Le projet est soumis aux experts de la Division des Affaires économiques et sociales de l’ONU. Leur rapport, auquel participe le professeur Vladimir Popov de la New Economic School de Moscou, est étudié le 25 avril 2010 lors d’une réunion jointe du FMI et de la Banque mondiale.

« CUI BONO ? » (À QUI PROFITAIT LE CRIME ?)

À ce jeu-là, le premier nom qui venait à l’esprit était celui de Nicolas Sarkozy. Comment ne pas y penser lorsque l’on se souvient qu’il était devenu président en portant plainte contre son principal rival, Dominique de Villepin, et en l’empêtrant dans une affaire tout aussi rocambolesque de faux documents. Alors, pourquoi pas un nouveau complot pour écarter un nouveau concurrent ?

LA CRÉATION DE LA MONNAIE DINAR-OR AU COEUR DU SACRIFICE DE DSK ET KADHAFI 

La création de Dinar-Or africain
La création de Dinar-Or africain

Le dinar or, arabe : ﺩ ﻳﻨﺎﺭ, était une monnaie de la dynastie omeyyades d’un poids de 4,25 grammes d’or à 22 carats, avec une teneur en or égale à 0,917.

Sur la base de la valeur du dinar, le dirham d’argent était composé de 2,97 grammes d’argent pur.

Selon la légende, le calife Omar ibn al-Khattâb (634-644) aurait établi une relation exacte entre les deux monnaies avec un ratio de 7:10, c’est-à-dire que 7 dinars étaient équivalents à 10 dirhams.

En 2009, Kadhafi, alors président de l’Union africaine, appelait les pays africains à recréer le Dinar-Or afin de se passer du dollar pour leurs exportations de pétrole, d’après des courriels déclassifiés entre Hillary Clinton et son conseiller Sidney Blumenthal.

Cette monnaie aurait été appuyée par des réserves d’or d’une valeur de 7 milliards de dollars. Ce projet s’est heurté aux intérêts de l’Arabie saoudite.

Le dinar libyen, première (et dernière ?) monnaie au monde garantie en or et en Droits de tirages spéciaux du FMI.

En 2000, le colonel Kadhafi avait imaginé de créer une monnaie panafricaine basée sur l’or, mais il n’était pas parvenu à faire avancer son idée.

Aussi, en 2009, s’était-il spontanément emparé du projet Zhou et l’avait unilatéralement adopté pour son pays.

 

Selon la jurisprudence états-unienne, DSK qui n’a pas d’antécédents judiciaires et qui est domicilié à Washington, n’aurait pas dû être placé en détention préventive, mais aurait dû bénéficier d’une liberté sous caution.

DSK AVAIT PROBABLEMENT VITE ANALYSE LA SITUATION

Par l’intermédiaire d’un de ses avocats, il a réussi à faire parvenir au FMI une lettre de démission.

Le lendemain même, contre toute attente, un nouveau juge accédait à sa demande de remise en liberté surveillée.

Il n’était en effet plus utile de le maintenir sous écrou puisque le FMI avait recouvré sa capacité à agir.

Le processus devait aboutir, le 26 mai 2011, au sommet du G8 à Deauville (France).

Le dollar aurait cessé d’être la monnaie de référence sur fond d’imminente cessation de paiement du gouvernement fédéral des États-Unis.

Washington aurait renoncé au financement de son hyperpuissance militaire par la dette pour se consacrer à sa restructuration interne.

LE GRAIN DE SABLE

Malheureusement, durant les derniers mois de ce processus, des initiatives militaires et politiques ont bouleversé ce plan. Certains États – dont la Russie et la Chine – ont été floués.

L’arrestation de DSK montre que Washington était de mauvaise foi et que ses concessions ne visaient qu’à gagner du temps.

Bien que le détail exact du montage imaginé par Dominique Strauss-Kahn pour créer cette nouvelle monnaie de réserve adossée aux Droits de tirages spéciaux du FMI soit secret, il apparaît que la Libye y jouait un rôle clé : à titre expérimental, c’est la Banque Centrale Libyenne qui, la première, avait décidé de fonder sa monnaie, le dinar, sur l’or et au-delà sur les DTS.

La chose est d’autant plus importante que la Libye dispose d’un fond souverain parmi les mieux dotés du monde (il est même un peu plus riche que celui de la Russie).

PARLANT DU FOND SOUVERAIN LIBYEN, VOICI CE QUE NOTRE REDACTION A PU DENICHER…

La Libyan Investment Authority, L.I.A en sigle,  a intenté deux procès contre l’américain Goldman Sachs et le français Société générale, deux groupes bancaires qu’il accuse de lui avoir vendu des produits financiers toxiques et auxquels les gestionnaires du fonds demandent quelque 2,5 milliards de dollars de compensation. Le procès s’ouvre ce lundi devant la Haute Cour de justice de Londres.

 L.I.A, créé en 2007 sous le régime du Colonel Kadhafi pour faire fructifier les gains du pétrole, a porté plainte au Royaume-Uni contre les deux banques en 2014 les accusant de lui avoir vendu des produits financiers toxiques.

67 MILLIARDS DE DOLLARS D’ACTIFS 

La dernière valorisation de L.I.A, réalisée début 2013 par le cabinet Deloitte, fait état de 67 milliards de dollars d’actifs sous gestion.

COMBLE DU MALHEUR : CONTESTATIONS, DISPUTE, TRAHISON, REGLEMENTS DE COMPTES…

 Un trésor que réclament les deux gouvernements opposés en Libye. La légitimité de Hassan Bouhadi, nommé par le gouvernement de Tobrouk à la présidence du fonds, est contestée par Abdulmagid Breish, basé à Tripoli, qui soutient avoir été investi à ce poste en juin 2013 alors que le pays n’avait qu’un seul gouvernement.

En juillet 2015, pour permettre à la justice britannique de statuer sur leurs plaintes contre Goldman Sachs et Société générale, Hassan Bouhadi et Abdulmagid Breish ont, via leurs avocats respectifs, conjointement demandé à la justice britannique de nommer BDO, le cabinet d’audit et de conseil international basé à Bruxelles, pour être le récepteur et le gestionnaire des dossiers litigieux du fonds souverain libyen.

Cependant, faute de la reconnaissance par le Parlement internationalement reconnu de Tobrouk, du gouvernement d’union nationale libyen annoncé au Maroc le 14 février 2016, le juge britannique William Blair (frère de l’ancien Premier ministre Tony Blair) devra d’abord décider de la partie jugée légitime pour représenter les intérêts de la LIA. Le procès doit durer jusqu’au 16 mars et, à  ce jour aucun jugement n’est encore rendu…

Comme quoi, on ne va pas chez le diable pour se plaindre du mauvais sort lui jeté par un sorcier du quartier. L’un travaille pour l’autre. Ce n’est un secret pour personne. Pauvre Afrique… !

Or, en entrant en guerre contre la Libye, la France et le Royaume-Uni ont provoqué un gel théorique des avoirs non seulement de la famille Kadhafi, mais de l’État libyen.

Pis, Paris et Londres ont dépêché des cadres de la banque HSBC à Benghazi pour créer une Banque centrale libyenne rebelle et tenter de s’emparer des avoirs nationaux.

Sans que l’on sache si Nicolas Sarkozy et David Cameron se sont laissés emporter par l’ivresse de leur force ou ont agi sur instruction de leurs mandants à Washington, le fragile édifice élaboré par Dominique Strauss-Kahn s’est effondré.

Selon nos contacts à Tripoli, au moment de son arrestation, DSK partait à Berlin pour trouver une solution avec la chancelière Angela Merkel. Il devrait ensuite partir avec un émissaire de Mme Merkel négocier avec des représentants du colonel Kadhafi —voire avec lui directement—.

LA SIGNATURE DU GUIDE LIBYEN ETANT INDISPENSABLE AU DEBLOCAGE DE LA SITUATION

On assistait dorénavant à une guerre financière d’une ampleur jamais égalée : alors que la situation économique des États-Unis vacille et que le dollar pourrait devenir rapidement une monnaie de singe, l’accord conclu au G8 et avalisé au G20, mis en œuvre par le FMI en coordination avec la Banque mondiale et les milieux bancaires internationaux dont DSK était le champion, est suspendu.

La domination du dollar est intacte quoique plus que jamais artificielle ; ce dollar que les États émergents voulaient relativiser, mais sur lequel le complexe militaro-industriel israélo-états-unien assoit sa puissance. Dans ce contexte que vaut l’honneur d’un homme ? 

POUR FINIR, COMMENT FONCTIONNE LE SYSTEME BANCAIRE ?

“Il est important que la populace ne comprenne rien sur le mode de fonctionnement de nos banques. Car, si jamais elle le savait, il y aurait une révolution avant demain.”

– Henry Ford (1922)

 
LE SYSTEME BANCAIRE MONDIAL ! –PARTIES 1/4

LE SYSTEME BANCAIRE MONDIAL ! –PARTIES 2/ 4

LE SYSTEME BANCAIRE MONDIAL ! –PARTIES 3/4

LE SYSTEME BANCAIRE MONDIAL ! –PARTIES 4/4

 

Voltaire écrivait dans Candide : ” Une monnaie-papier, basée sur la seule confiance dans le gouvernement qui l’imprime, finit toujours par retourner à sa valeur intrinsèque, c’est-à -dire zéro.”

 UNE VERITE DESAGREABLE : VOUS PAYEZ DES INTERETS SUR DE L’ARGENT QUI N’EXISTE PAS

 

L’argent est en effet un moyen objectif pour donner une valeur à un concept subjectif…Que vaut ton pain ? Que vaut une heure de mon travail ? Que vaut une chanson d’artiste? Comment coller une valeur à un truc aussi abstrait que le travail d’une personne?

Bien sûr, avec des chiffres et de l’argent. Et, ces chiffres doivent être décidés, un accord doit être pris sur la valorisation du système. Cet accord est suffisamment important pour être mentionné.

Pour ceux qui en doutaient encore, l’argent n’existe pas. Certes, il y a bien des étiquettes dans les magasins, des factures à payer, tous les mois, ou même des morceaux de papiers avec une valeur faciale. Sans parler de ronds de métal que les enfants aiment bien confisquer à leurs parents. Mais l’argent n’existe pas. 

Vous payez des intérêts sur de l’argent qui n’a aucune existence réelle. C’est très désagréable de savoir qu’on se fait rouler.

Il s’agit simplement d’argent créé à partir de rien par des banques commerciales qui ont le privilège d’avoir une licence bancaire. Avec un euro de fonds propres, elles peuvent prêter 20 euros, 30 euros, 40 euros selon les réglementations auxquelles on les soumet et leurs propres calculs.

Le vocabulaire est distordu pour vous faire croire qu’on parle de vrai argent, mais il n’en est rien : l’accès au crédit est confondu avec le capital adossé à de l’épargne, les crises de solvabilité sont appelées crises de liquidité, etc. Les banques prêtent donc et demandent des intérêts proportionnels au risque de l’emprunteur ; mais cela n’a rien à voir avec leur propre risque qui est nul puisqu’elles prêtent ce qu’elles fabriquent sans aucun mal.

 

Sources :
Thierry Meyssan  |
http://www.voltairenet.org

Komsomolskaïa Pravda (Russie)

Simone Wapler | Article, Inflation, dettes et récession

Ben-Vindicien EBENGO

 

 

 

 

 

 

RECEVEZ NOTRE BULLETIN | JOIN OUR NEWSLETTER
I agree to have my personal information transfered to MailChimp ( more information )
Rejoignez plus de 3 000 visiteurs qui reçoivent notre newsletter et découvrez comment optimiser votre blog pour les moteurs de recherche, trouver du trafic gratuit et monétiser votre site.| Join over 3.000 visitors who are receiving our newsletter and learn how to optimize your blog for search engines, find free traffic, and monetize your website.
Nous détestons le spam. Votre adresse courrielle ne sera pas utilisée à d'autres fins. | We hate spam. Your email address will not be sold or shared with anyone else.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *