Société

TRAHISONS, MEDISANCES, HOSTILITES, CALOMNIES ET INIMITIES : LA MEDIOCRITE DANS LE COMBAT DE LIBERATION CONGOLAIS – PARLONS-EN !

« Je suis indigné par le procédé, indigné par le mensonge, indigné par l’outrance… Il doit y avoir des limites à la calomnie. .. Aujourd’hui on rapporte une histoire abracadabrantesque… »

Interrogé en 2000 par Élise Lucet en direct d’Angoulême, Jacques Chirac invente un mot – “abracadabrantesque” – pour évoquer le financement occulte du RPR:

« Prévenir la trahison, débusquer le faux ami, le jaloux parent, le traître avant qu’il inocule son venin est une opération aussi complexe que de nettoyer l’anus d’une hyène. »

Ahmadou Kourouma

 TRAHISONS, MEDISANCES, HOSTILITES, CALOMNIES ET INIMITIES…PARLONS-EN !

Injures, intolérances, parjures, fanatismes, ethnocentrisme, trafic d’influence, insultes faciles, médisance, hostilités, calomnie, inimitié, etc. telles sont les caractéristiques du combat de libération que veulent mener les congolais face à un pouvoir déterminé d’occupation et sanguinaire de surcroît, un pouvoir cramponné dans toutes les sphères stratégiques du pays.

Que vaudrait le sens ultime de ce combat dit de libération si tout le monde n’aime pas tout le monde et au sujet duquel tout le monde veut être le chef de tout le monde ou être le « Primus inter pares » et dans lequel personne ne veut laisser la primeur de la victoire à qui que ce soit si ce n’est à lui-même et à lui seul ?…un combat où tout le monde veut être la vedette « préférée » de tous les congolais  dans cette lutte acharnée contre l’imposture rwandaise ?

QUELLES SONT LES CHANCES DE REUSSITE DE CE COMBAT  ?

Serait-ce parce que le Mzée Laurent –Désiré Kabila l’aurait prédit en ces termes « la guerre sera longue et populaire » que nous nous voyons butés aujourd’hui devant des obstacles d’apparence infranchissables où c’est juste à cause de cette maladie congénitale du vedettariat que ce combat, ou mieux cette guerre – semble être longue et sans issues ?

En effet, cerné de tous bords, infesté du dedans et sucé de l’extérieur, le Congo est menacé par ceux-là même qui sont censés le protéger et ce, en commençant par certains de ses propres filles et fils jusqu’à ses « frères » angolais, zimbabwéens, sud-africains et autres.

Affaibli de l’intérieur et montrant des signes de fébrilités, ceux de ses enfants de la diaspora ont pris l’initiative de suppléer aux carences manifestes du gouvernement inféodé de Kinshasa, en pourvoyant à la scolarité de ceux qui sont restés au pays, à leur nourritures, loyers et à tous leurs besoins primaires.

La situation allant de mal en pis, les congolais de la diaspora se sont constitués en gendarmes du peuple pour défendre les intérêts qui sont les leurs ainsi que veiller à l’intégrité territoriale de leur pays, laquelle intégrité menacée de balkanisation.

Chemin faisant, cet éveil  patriotique a touché trois congolais sur quatre dans toutes les diasporas disséminées de par le monde entier et même dans les fins fonds du pays jusqu’au moment où les araignées commencèrent à filer dans le saint-confessional de celles-ci.

Les billets verts et sonnants élisant domicile dans les poches de certains d’entre l’aile dure des « combattants » en vue, ces derniers changèrent d’avis et choisirent de servir celui qu’ils traitèrent hier de fils de Kanambe et de rwandais, au point – je le dis à leur honte – de retourner casaque contre leurs propres frères « d’armes ».

Comme si cela ne suffisait pas, les insultes et certaines insanités fusent dorénavant de partout, les réseaux sociaux n’en faisant exception, mettant à nu les idioties des uns et l’arrogance des autres. Ce disant, certains étrangers entrerent en danse – pourquoi pas en transe – pour spolier le Congo et son image…

QU’AVONS-NOUS FAIT AU BON DIEU ?

La SADC (Southern African Development Community)- entendez, “Communauté de Développement d’Afrique Australe – CDAA en français  – une organisation censée promouvoir le développement économique de ses quinze membres (dont l’Angola, le Botswana, la République Démocratique du Congo, Le Lesotho, Le Madagascar, Le Malawi, La Mauritanie, la Mozambique, la Namibie, les Seychelles, l’Afrique du Sud, le Swaziland, la Tanzanie, la Zambie et le Zimbabwe) ainsi que les autres organisations supra et internationales (UA, ONU, CEEAC, CPGL…) et  l’OIF,(Organisation Internationale de la Francophonie) ont fait montre leur animosité vis-à-vis du peuple congolais, en soutenant ouvertement le régime sanguinaire de Joseph Kabila, faisant fi de milliers de morts innocents qui ne sont morts que parce que nés congolais… 

 

D’où la question, « Qu’avons-nous fait au bon Dieu pour que nous en soyons ainsi haïs ?

D’un côté Paul Kagamé se joue de nous avec son pion placé à la tête de notre pays. De l’autre, c’est Jacob Zuma, l’indésirable président sud-africain qui se permet de défier tous les congolais épris de libertés, en proférant des débilités lors du sommet de la SADC, cette maudite organisation sous régionale dont Dieu seul sait comment notre pays en est devenu membre effectif juste après le départ de Mobutu…

 

Que de trahisons, des médisances, d’hypocrisies, de délations et haines tant au sein de la diaspora congolaise qu’ailleurs… qui, vu de loin, ce sont des mots. Mais, de près, ce sont des maux. Des vrais maux qui rongent l’unité et détruisent la vision globale et la convergence des idées dans un combat qui avait pris, lors de ses débuts, des allures révolutionnaires à même de faire plier bagages à Kabila. Mais hélas !!!

En effet, après un succès phénoménal dans les grandes métropoles occidentales (Londres, Barcelone, Paris, Manchester, Bilbao, Barcelone, Bruxelles, etc.) et dans les villes américaines des Etats-Unis, en passant par les grandes métropoles africaines (Lagos, Abuja, Casablanca, Pretoria, Johannesburg, Cotonou…), la délation, la trahison, et le  « ki bo ngayi » (ou l’égoïsme) ont pris le dessus dans cette bataille de grande envergure et l’incapacité des congolais à fédérer autour de vraies valeurs a été mise en exergue et l’espoir de converger vers un but commun s’est vite estompé au profit de l’ennemi commun, Joseph de Kingakati et toute sa cohorte de rwandais ainsi que certaines brebis galeuses – autochtones de surcroît – qui spolient les richesses de notre pays.

De ce qui découle, il s’avère dorénavant que nul ne veuille recevoir des idées ou des injonctions de qui que ce soit. Se croyant toujours plus sages et intelligents, ils ont foulé aux pieds la seule chance immédiate qui leur était servi sur un plateau en or.

D’aucuns pourraient se poser la question de savoir, pourquoi quand un groupe veut se lancer – tant soit peu – dans cette lutte avec des méthodes qui lui sont propres, il est tout de suite rejeté ou collé de tous les noms d’oiseaux ? Qu’est-ce qui se cache ou qu’est-ce qui se trame derrière cette attitude nocive et meurtrière ? Y’a-t-il des taupes, des mouchards ou des loups dans la bergerie ?

Si ce qui se raconte à ce sujet s’avère vrai, sachez que vous êtes descendus trop bas. Même le diable en personne ne trahirait jamais la race de ses pères du moment où l’objectif poursuivi serait de gagner une âme pour l’enfer !

Vous courriez bien. Qui vous a fascinés ? (Bobandaki malamu : Nani ‘ango aloki bino ?

Si ce n’est pas les membres de l’UDPS (Union pour la Démocratie et le Progrès Social), parti chère à l’illustre disparu Dr Etienne Tshisekedi ou ses alliés qui n’insultent pas le Patriarche Honoré Ngbanda, ce serait le tour des adeptes de ce dernier ou les membres de son parti – APARECO (Alliance des Patriotes pour la refondation du Congo) ou quelques-uns de ses alliés qui insulteraient la mémoire du feu Patriarche Etienne Tshisekedi Wa Mulumba – d’heureuse mémoire.

LES IDIOTIES LIEES A CE COMBAT NE S’ARRETENT PAS LA…

Actuellement il y a un déferlement des insultes sortant de la bouche de la plupart des « journalistes du net ». Ces “journaleux”, en mal de positionnement et à la recherche de nombre de vues, profèrent des insultes unidirectionnelles à l’égard de Monsieur Ngbanda et de son parti Apareco au point de faire ricaner la hyène de Kingakati qui en trouve un plaisir coïtal et se frotte les mains à chaque bataille de caniveau livrée et observée ici et là et ce, au détriment des combattants et du combat qu’ils feignent de mener contre son régime.

Il en est de même de ceux de l’Apareco et alliés qui, dans leur débilité congénitale, se permettent d’insulter la mémoire de l’illustre disparu Etienne Tshisekedi – pour ne pas le citer.

Dans ce lot des « idiots utiles », on y trouve Boketsu Wa Yambo et son ami « commandant » de je ne sais quelle unité – para commando ou infanterie – d’un côté et de l’auto-proclamé le colonel Odon Mbo et ses ouailles de l’autre…

Mais contre qui vous battez-vous ? N’avez-vous pas lu dans les Saintes Ecritures ce qui suit :

« Si un royaume est divisé contre lui-même, ce royaume ne peut subsister; et si une maison est divisée contre elle-même, cette maison ne peut subsister. Si donc Satan se révolte contre lui-même, il est divisé, et il ne peut subsister, mais c’en est fait de lui.… »

 

VOUS AVEZ PERDU VOTRE CIBLE ET C’EST BIEN MALHEUREUX

Qu’avez-vous les uns contre les autres que vous ne soyez en mesure de vous mettre d’accord, en lieu et place de venir nous exhiber vos idioties ainsi que défaillances mentales sur la place publique et sur la toile ?

N’avez-vous pas honte de vous « déshabiller » ainsi en public ?  Vous vous entendez parler ? N’avez-vous pas de parents, d’amis ou d’enfants ? Ne vous donnent-ils pas conseils (vos parents et amis – si vous en avez au-moins un) et quels conseils donnez-vous – en retour – à vos enfants qui vous voient insulter « tongo, midi, pokwa » (matin, midi et soir) ceux-là qui vous ont précédés dans ce « combat » et derrière lequel vous vous arrogez des titres dénués de toute substance ?

N’avez-vous pas le courage de vous asseoir pour parler de vos différends et divergences et en discuter de vive-voix,  en lieu et place de passer par les médias interposés et à quel prix (si ce n’est à votre propre honte)?

Et le comble de tout, c’est un arrogant,  un certain Daniel Nsafu, journaliste ou journaleux de son état, qui se permet de haranguer un auditoire vide de gens et bomber son torse contre les combattants et contre le président de l’Apareco en des termes frisant la folie de grandeur…

Qui est-il, cet homme de Nsafu qui n’arrive plus à cacher son « trop d’intelligence » sur tous les plateaux de télévisions où il est invité à Kinshasa ?

Qu’a-il fait ou déjà accompli dans la vie pour s’autoproclamer l’homme à même de “surpasser” l’expérience et l’intelligence de notre aîné Honoré Ngbanda ?

A-t-il (la) soif de renommée ? Si tel est le cas, j’en suis désolé ! Car ce n’est pas comme cela que l’on acquiert (de) la renommée. Que ce monsieur aille apprendre auprès de ses amis Eliezer Ntambwe et Mike Mukebayi qui lui apprendraient les rudiments ou l’abécédaire de la célébrité, laquelle célébrité passe par un travail hardi et sérieux, un travail bien fait et ce, sans passer par des provocations inutiles et des gamineries.

Ce monsieur est venu en Europe pour soi-disant « délivrer » le Congo avec un manifeste élaboré de commun accord avec certaines forces vives de la société civile qu’ils ont appelé « ESILI ou INAYISHA »…au lieu d’y consacrer force et énergie à l’instar de ses paires, il préfère, lui, provoquer les combattants. Et, non content de cela, il s’est permis de se mesurer au « Père de la résistance » Honoré Ngbanda et de lui lancer le défi qu’il a mêlé à des insultes de basse classe…

Il n’y a pas une seule émission où il est passé ce Daniel Nsafu sans qu’il ne laisse derrière lui une image « nauséabonde » de sa petite personne.

Est-ce le fait d’avoir été au département de la Philosophie ou je ne sais quoi lui donnerait-il les droits d’insulter Sire Honoré Ngbanda et de se comparer à lui ?

« TOYOKAKA PE ATA SONI KOO ! » : QUEL CULOT !

C’est comme ça que les gens perdent confiance en vos diplômes de pacotilles. Où est votre sagesse ? Où est le respect dû aux personnes adultes ?

Sont-ce les “diplômes” que vous détenez qui vous donnent des ailes ?

Méfiez-vous-en ! Le monde n’est pas dirigé que par les surdiplômés et point n’est besoin de vous faire étalage de toutes les personnes qui dirigent ce monde sans avoir été – au préalable – sur les bancs » d’une quelconque école.

D’ailleurs, vous en avez un devant vos yeux… Suivez mon regard…

Qu’avons-nous fait au bon Dieu pour mériter une telle médiocrité de la classe politique congolaise et de ces citoyens lambda ?

L’essor patriotique, initialement apprécié par tous, au lieu de raffermir les liens d’amitié et de fraternité et cristalliser les points de vue divergents vers une vision commune, celui-ci nous a créé une race des médiocres, une légion de mécréants et de mal polis, une bande d’insensés et d’abrutis de tous bords.

Même Satan qui aurait pu démériter du respect dû à son rang suite à sa rébellion vis-à-vis de Dieu, n’eut pas pu essuyer ces genres d’injures que l’on voit (entend) dnas le chef des combattants. Bien au contraire, lors de sa dispute,  au sujet du corps de Moïse, la Bible relate que l’archange Michaël – qui sait reconnaître les autorités établies et avérées – n’avait prononcé qu’un seul mot à son encontre. Malgré leur dispute, Michaël lui aurait dit :

« Que Dieu te réprime ! » – Pas d’injures, ni aucun autre signe ou manque de respect à son égard…

Voilà ce qui est sensé !

Car, on peut ne pas parler le même langage avec Ne Mwanda Nsemi, Felix Tshisekedi, Honoré Ngbanda, Martin Fayulu, Dr Freddy Matungulu et j’en passe, le peu que l’on puisse dire serait :

« Je ne suis pas d’accord avec tel ou tel autre point ».

Point n’est besoin d’insulter, d’injurier ou de minimiser nos aînés ou qui que ce soit…dans le monde politique ou dans la Foi. Leur manquer du respect, surtout en public, ferait le lit de Kingakati.

On ne peut pas être d’accord sur tout. Personnellement, à titre d’exemple, de son vivant, je n’étais pas d’accord avec certaines prises de positions du « Père de la nation » Etienne Wa Mulumba ; Je n’ai pas approuvé la décision du président Honoré Ngbanda dans sa nouvelle alliance avec Ne Mwanda Nsemi…Je n’approuverais jamais les discours séparatistes et incendiaires de ce chef spirituel précité… Malgré tout cela, je ne profèrerais jamais de paroles outrancières à leurs égards.

UN GESTE ANODIN A MEME DE FREINER LE SCANDALE

Jésus-Christ disait à ses disciples: «Si ton frère a commis un péché, va lui parler seul à seul et montre-lui sa faute. S’il t’écoute, tu auras gagné ton frère. S’il ne t’écoute pas, prends encore avec toi une ou deux personnes, afin que toute l’affaire soit réglée sur la parole de deux ou trois témoins. S’il refuse de les écouter, dis-le à la communauté de l’Église; s’il refuse encore d’écouter l’Église, considère-le comme un païen et un publicain.

Ce Sermon a été délivré par Jésus-Christ pour freiner le scandale dans l’église comme cela est clairement indiqué dans l’évangile selon le médecin Luc, au chapitre 17. Le scandale, on ne cessera de le dire, provient de trois sources principales suivantes :

  1. La médisance (II Corinthiens 12 :20 ) qui est le fait par un frère ou une sœur de colporter et de répandre, au moyen de sa bouche ou de son téléphone, une faute qu’un frère ou une sœur avait réellement commise, dans l’unique but de détruire la réputation de la personne fautive ;

Tel est le caractère du détracteur, de cacher sous les dehors de l’estime et les douceurs de l’amitié, le fiel et l’amertume de la médisance.

  1. La calomnie (I Pierre 2 : 12 ; Ephésiens 4 : 31 ; Marc 7 : 20 – 23 ) qui est le fait de répandre un faux témoignage sur un frère ou une sœur qui n’est pas coupable de cela réellement.  Ces deux démons, à savoir une langue médisante et une langue calomnieuse, sont deux grands cancers qui peuvent ronger l’église et détruire toute sa puissance, car la langue est un feu dévorant, le monde de l’iniquité selon Jacques 3 : 1 – 6.

“La calomnie est comme la guêpe qui vous importune, et contre laquelle il ne faut faire aucun mouvement, à moins qu’on ne soit sûr de la tuer, sans quoi elle revient à la charge, plus furieuse que jamais.

Chamfort

Elle est comme la fausse monnaie, la calomnie… Bien des gens qui ne voudraient pas l’avoir émise la font circuler sans scrupule.

  1. Les hostilités ou inimitiés entre frères et sœurs où chacun(e) veut passer pour avoir raison en cherchant à détruire la réputation de l’autre par la médisance ou la calomnie.

L’hostilité est cette vague de l’âme qui tout à coup divague et ne trouve plus grand-chose à quoi se raccrocher, un mouvement à la fois doux et cruel.

D’où mon dernier conseil à tous ceux-là qui ont l’injure facile : Ne vous opposez pas à l’action d’un grand, ne rendez pas furieux le cœur de celui qui est lourdement chargé, car son hostilité se manifestera contre celui qui le combat… Soyez conséquents (Eteya bino !!!)

Quant à moi, je suis de la vieille école qui croît encore en respect dû aux aînés. Qu’on se le dise !  – Ben-Vindicien EBENGO

RECEVEZ NOTRE BULLETIN | JOIN OUR NEWSLETTER
I agree to have my personal information transfered to MailChimp ( more information )
Rejoignez plus de 3 000 visiteurs qui reçoivent notre newsletter et découvrez comment optimiser votre blog pour les moteurs de recherche, trouver du trafic gratuit et monétiser votre site.| Join over 3.000 visitors who are receiving our newsletter and learn how to optimize your blog for search engines, find free traffic, and monetize your website.
Nous détestons le spam. Votre adresse courrielle ne sera pas utilisée à d'autres fins. | We hate spam. Your email address will not be sold or shared with anyone else.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *